lundi 15 mai 2017

Cinoche : Gold


Il ne faut pas saler les carottes.

Plutôt agréablement surpris par ce Gold de Stephen Gaghan.
Encore un film inspiré d'une histoire vraie comme Hollywood et le public en sont friands aujourd'hui, celle de la mine de Bre-X Busang dans la jungle indonésienne, qui dans les années 90 propulsa une bulle spéculative jusque dans les hautes sphères des bourses de Vancouver et New-York (même la fameuse banque Lehman Brothers recommanda d'acheter des actions Bre-X). Une bulle qui finira par éclater à grands frais lorsque sortira au grand jour ce qu'on ne voulait surtout pas voir jusqu'ici et qu'on se rendra compte qu'il n'y avait finalement pas d'or là-bas dans la jungle de Bornéo.
Le film Gold c'est la trajectoire d'un promoteur prospecteur (il réunit les fonds nécessaires aux explorations minières) à bout de souffle et en bout de course, ruiné et alcoolique.
Il se met en cheville avec un géologue de terrain en Asie et veut réaliser son rêve, honorer la mémoire de son père, trouver de l'or, à tout prix, coûte que coûte.
Le géologue va se charger de le réaliser, ce rêve ... et tous les deux vont raconter une histoire trop belle pour être vraie que le spectateur comme le courtier de Wall Street veulent croire. À tout prix.
Certes Matthew McConaughey est omniprésent et cabotine à qui mieux mieux (les verres de whisky défilent ad nauseam) mais finalement convient plutôt bien à ce personnage de grand gosse qui n'avait qu'une obsession : trouver de l'or et prouver à tout le monde (son père, sa nana, ses pairs, ...) qu'il valait mieux qu'un ivrogne loser au bout du rouleau.
Il y croyait à son histoire et savait la raconter : il savait parler d'or à ceux qui entendaient argent.
Le film est plutôt sympa mais la vraie Histoire, elle, est tout simplement effarante parce qu'elle s'est déroulée hier seulement (pas en 1850) et qu'elle démontre 'brillamment' la folie de notre monde qui court et court encore après l'argent, jusqu'à sa perte. Insensé.
À lire (plutôt après le film) cet article du Monde.

Pour celles et ceux qui aiment ce qui brille (et le whisky).
D’autres avis sur Sens critique.

Aucun commentaire: