mercredi 6 avril 2016

Cinoche : Triple 9


  La jungle d'Atlanta.

On parle beaucoup d'un polar gonflé à la testostérone, à propos du film de l'australien John Hillcoat.
Mais son Triple 9 nous a paru plutôt shooté à l'adrénaline.
Ça démarre sur les chapeaux de roues avec le hold-up d'une banque réalisé en un temps record, chrono en main, par des pros, des durs, des vrais. Et on se dit, bon alors on va s'ennuyer pendant la prochaine heure ?
Mais non, car c'est reparti pour un deuxième casse !
Notre bande de durs à cuire travaille pour la mafia russe. Ils sont coincés par une Tata Russe (Kate Winslet !) qui dirige la mafia d'Atlanta (Casher-Nostra !) d'une main de fer dans un gant de velours rouge et qui essaie de faire libérer son gentil mari Vassili emprisonné dans un goulag russe (tellement Poutine a peur de lui !). Et pour ça Tata Irina a besoin d'un second hold-up, allez les gars remettez-vous au boulot, je garde vos femmes et vos gosses en attendant, hein ?
Dans notre bande de casseurs (enfin, ce qu'il en reste), il y a des flics ripoux et des ex des forces spéciales.  À leur poursuite, un flic au moins aussi déjanté qu'eux qui se shoote avec tout ce qu'il trouve.
Welcome to Atlanta ! Ambiance de guerre civile. Ça va défourailler pendant deux heures et il ne restera plus grand monde sur le parking.
Pour réaliser leur nouveau braquage, les ripoux ont besoin de quelques minutes sans leurs collègues aux fesses : ne reculant devant rien, ils vont organiser un 999, un Triple 9 qui devrait leur laisser le temps nécessaire.
Tout cela est réalisé de manière très pro, avec une intrigue juste assez compliquée pour qu'on ne s'ennuie pas, sans pour autant se prendre la tête.
Tension et violence réglées au maximum (on pense parfois aux Infiltrés de Scorcese).
Ça fait du bien quand ça s'arrête et le rap survitaminé du générique de fin nous fait l'effet d'une gentille chansonnette.
Un film que le syndicat d'initiative de la ville n'a manifestement pas eu le temps de visionner : on n'est pas près de mettre les pieds à Atlanta, tant est sombre, sinistre et violente, la société qui nous est décrite ici.

Pour celles et ceux qui aiment se shooter à l'adrénaline.
D'autres avis sur Sens critique.

Aucun commentaire: