dimanche 17 janvier 2016

Bouquin : Sur la mauvaise pente


[...] On aurait pu se croire chez le boucher.


Le britannique Graham Hurley nous entraîne Sur la mauvaise pente en compagnie de son flic récurrent, l'inspecteur Faraday.
Pour une fois on a décidé de prendre la série en route : cet épisode qui date de 2009 n'est que le septième de la série et il y en a déjà presque autant à venir.
D'entrée de jeu, Graham Hurley nous accroche avec une scène de crime qui aura sa place dans les annales : au petit matin le conducteur d'un train de la grande banlieue londonienne écrabouille un type attaché sur les rails dans un tunnel.
Haché menu chair à pâtée ...
[...] Un type enchaîné à une voie ferrée ? Pour que ce soit le train qui ne le rate pas ? Était-ce prometteur ?
[...] Pour l’heure, le sergent était heureux que presque toute la victime ait été ensachée et étiquetée.
[...] On aurait pu se croire chez le boucher.
Mais le côté gore s'arrêtera là (et c'est déjà pas mal !) car Graham Hurley préfère nous détailler par le menu non pas d'autres victimes, mais plutôt l'enquête policière qui suivra.
Nous voici donc au cœur de l'équipe rassemblée pour mener les investigations.
Les procédures, les scènes de crime, les pièces à conviction, les enquêtes de voisinage, c'est tout ce travail rigoureux, minutieux, fastidieux que l'on va partager avec Faraday, son acolyte Winter et tous leurs collègues.
On apprendra beaucoup de choses sur l'Angleterre, la ville de Portsmouth (surnommée Pompey), la Special Branch (l'équivalent de nos anciens RG).
[...] Les dernières gouttes de pluie s’étaient dissipées, et la promesse d’un somptueux coucher de soleil pointait par-delà l’ombre des tours qui dominaient le bord de mer. Savourant la fraîcheur de l’air, Faraday s’engagea dans Millenium Walk, la promenade qui contournait le port. En ce début de soirée, sur l’autre rive, Pompey se montrait sous son meilleur jour, les douces circonvolutions blanches comme de l’os de la récente tour Spinnaker tranchant sur la grisaille du chantier naval en contrebas, l’amas de pubs et de maisons dans le vieux Portsmouth, à deux pas, luisant sous les dorures de la fin du jour.
Beaucoup de choses aussi sur les agissements mafieux de certains parvenus de Pompey, qui nous rappellent le film-reportage de Donal McIntyre : A very british gangster. Un portrait décalé de cette Angleterre que certains idéalisent.
Mais on apprendra cependant peu de choses sur l'inspecteur Faraday : visiblement cet épisode laisse beaucoup de places aux 'seconds rôles' dont celui de l'acolyte Winter. Il faudra donc revenir visiter Portsmouth pour mieux lier connaissance avec l'inspecteur Faraday.
[...] Faraday, entre sa barbe et ses bouquins d’ornithologie, était un peu décalé. On voyait l’étiquette, on ouvrait la boîte, mais ce qu’elle contenait n’était pas un enquêteur, pas stricto sensu. Non, c’était plutôt un vrai solitaire.
Bientôt une autre disparition viendra corser le tableau. Et on aura droit à deux enquêtes pour le prix d'une.
[...] – Et où est le corps ?
– Bonne question. On n’en a pas la moindre idée.
– Donc, on laisse tomber ?
– Oh, que non ! Bien sûr que non. On continue de chercher. On finira bien par y arriver, je le sais. Il y a plus intelligent que l’ADN en ce monde.
[...] Pas d’ADN. Pas de témoin. Ni vu ni connu. Tu sais comment ça s’appelle, ça ? Le crime parfait.
– Mais on ne sait même pas si ce type est mort, Paul.
– Exactement, répondit Winter, hilare. C’est ce que je viens de dire.
[...] Winter n’avait jamais perdu de temps à élaborer des théories sur le crime parfait, mais, pour une fois, il était prêt à faire une exception.
Finalement les intrigues policières resteront en arrière-plan : ce qui intéresse Hurley et ses lecteurs c'est bien le minutieux travail d'enquête et la peinture décalée d'une Angleterre que l'on croyait connaître mieux que cela mais que l'on découvre sous un jour inhabituel.
Une série qui s'annonce instructive.


Pour celles et ceux qui aiment les banlieues anglaises.
D’autres avis sur Babelio.

Aucun commentaire: