jeudi 14 août 2014

Cinoche : New-York Melody

Berceuse à New-York.

Ceux qui attendaient avec cette New York Melody la chaleureuse bluette de l'été en seront pour leur ‘frais’.
Les moins indulgents auront peut-être déjà zappé le film à cause de la présence sur l'affiche de Keira Nightley repérée il y a peu comme potiche décorative dans The Ryan initiative. La revoici de nouveau, cette fois aux côtés de Adam Levine (du groupe Maroon 5) dont elle est la muse inspiratrice (dans le film !). Mais le chanteur va vite la larguer pour une saveur plus exotique(1)  et la belle Keira se retrouve donc de nouveau à jouer [décidément !] une potiche décorative (et ici inspiratrice).
Solitaire dans la Grosse Pomme, elle croise Mark Ruffalo, lui-même loser solitaire, ex-producteur de musique et ex-découvreur de talents. Évidemment, il saura détecter le talent de la belle Keira(2).
Mais côté romance donc, c'est l'ennui. Les acteurs ne sont guère convaincants, la mise en scène laborieuse et explicative, l'intrigue poussive et convenue, la fin franchement niaiseuse comme diraient nos cousins d'outre-Atlantique.
Reste le côté magique de la musique pour sauver le film : le réalisateur John Carney ne s'y connait guère en comédie amoureuse mais il se débrouille plutôt bien quand il s'agit de filmer la musique.
Le spectateur persévérant aura donc droit à plusieurs moments superbes, quelques instants magiques où l'on effleure le processus créatif qui fait naître les chansons : paroles, musique, accompagnement, production, ... évidemment le procédé est facile et jouer dans ce registre emporte à coup sûr l'adhésion du public prêt à tout au vu de l’ennuyeuse bluette, mais ne boudons pas ces petits plaisirs.

(1) - dans le film, leur musique un peu comme celle d'Angus et Julia Stone et c'est un peu comme si Angus larguait sa Julia pour suivre une carrière solo à la James Blunt
(2) - continuons dans la méchanceté gratuite et citons Telerama à propos de la jolie potiche : [...] aussi charismatique qu'une plaquette de Temesta, même quand elle chante.


L'avis (trop) enthousiaste de AVoirALire. D'autres avis sur SensCritique.

Aucun commentaire: