dimanche 27 octobre 2013

Cinoche : 9 mois ferme

Surprise d’automne.

Un titre à faire fuir, une affiche nullissime(1), et le tout “commis” par Albert Dupontel(2) … bref, circulez y’a rien à voir.
Il aura fallu tout le flair de MAM, conforté par quelques bonnes critiques de ci de là, pour qu’on se décide à en prendre pour 9 mois ferme.
Oubliez les pitchs qui évoquent la comédie romantique à la française. C’est un véritable dessin animé (d’où l’affiche peut-être, finalement), bourré de gags et d’humour plutôt finaud.
Des scènes à la Tex Avery, un humour à la Monty Python(3), des dialogues féroces, un feu d’artifice de gags, sans aucune baisse de rythme, on en loupe même une bonne partie tellement ça file vite.
Inutile de préciser que MAM, BMR et toute la salle sont pliés de rire sans discontinuer.
On ne se rappelle pas quand nous avons ri comme cela au cinoche … peut-être le film de Jeunet : Micmac ? C’était il y a quatre ans !
Sur le chemin du retour, on se remémore en riant les gags les plus savoureux : ah, Dujardin qui sous-titre le JT pour les malentendants ! ah, le prélèvement d’ADN au club de golf ! ah, le médecin légiste ! ah, le visionnage de la vidéo de surveillance ! ah, l’avocat bègue(4) ! ah, la cuisine et le robot mixeur ! …
Kiberlain (excellente comme toujours) et Dupontel (pas exécrable, pour une fois) ont trouvé le ton juste, d’un bout à l’autre.
Non seulement on rit de bon cœur, mais le film est truffé de trouvailles visuelles : le gynéco à travers son écran, le JT(5), la vidéo de surveillance, la dessinatrice au procès, … c’est finaud.
En prime, quelques scènes de  pure et  vraie poésie (comme la ronde des feutres stabilo autour du dossier criminel) autour de ce couple impossible que forment la juge et le cambrioleur : le regard de Dupontel sur ses deux personnages est plein d’humour mais d’humour très tendre.
Bref, voici une excellente surprise dans cette grisaille automnale, un joyeux régal, un plaisir simple qu’il ne faut donc pas manquer !

(1) - supposée être un hommage à celle de Brazil de Terry Gilliam … bon.
(2) - avec Jean Dujardin, la deuxième bête noire de BMR au ciné (d’ailleurs, Dujardin apparaît dans le film de Dupontel : c’est pas une preuve ça ?)
(3) - dont Dupontel est fan : Terry Gilliam fait d’ailleurs une apparition dans le film (le serial killer à la télé US)
(4) - excellent Nicolas Marié, oui, je sais : il n’est pas po-po-po-politiquement correct de se moquer des bègues, mais là on se moque des avocats, pas des bègues !
(5) - le discours à la noix du présentateur, le doublage en “langage des signes” par Dujardin, les bandeaux défilants de breaking-news, … on n’arrive pas à tout capter ! il faudrait revoir le film !


Pour celles et ceux qui aiment rire.
L’avis de Critikat, celui de Cluny.

2 commentaires:

dasola a dit…

Rebonsoir, pas aussi enthousiaste. J'ai souvent souri mais pas sans plus en revanche, les rôles comiques vont bien à Kiberlain. Bonne soirée.

Theoma a dit…

Je me suis régalée ! Et je ne regarderais plus les batteurs de la même façon !