lundi 7 octobre 2013

Bouquin : Le secret du bayou

400 pages et une douzaine d’huîtres.

Et voici le dernier de la série : les bons bouquins lus cet été

John Biguenet nous emmène dans les années 50, en Louisiane, dans ces fameux bayous.
Mais avant de découvrir Le secret du bayou on va d’abord partager la vie des pêcheurs d’huîtres (Oyster est le titre en VO). Passionnant.
Les parcs à huitres en eau mi-douce mi salée, patiemment élevés année après année, constituent là-bas de vrais trésors, de véritables placements.
On pêche au chalut ou même à la barque dans les hauts-fonds.
Malheureusement, ces trésors sont menacés par l’invasion inexorable de l’eau salée, amenée par les chenaux creusés par l’industrie pétrolière : le Golfe du Mexique est aussi une mine d’or noir.
Ce sera l’histoire de deux familles, les Bruneau et les Petitjean.
Entre ces deux familles rivales, depuis plusieurs générations, on se jalouse, on s’aime, on s’envie, on se hait.

[…] Bien entendu, les anecdotes ne manquaient pas sur ces deux familles perpétuellement en conflit. Horse avait toujours trouvé l’argent pour racheter les parcs à huîtres  de propriétaires endeuillés ou ruinés, et au fil des ans, lui et ses fils s’étaient posés en rivaux des Petitjean. Pourtant, aucun des parcs à exploités par Horse ne produisait autant que ceux de Felix Petitjean. À l’époque où il y avait assez d’huîtres pour tout le monde, Horse semblait se satisfaire de son sort. Mais au fur et à mesure que les compagnies pétrolières creusaient de nouveaux chenaux entre le Mississippi et le golfe du Mexique, noyant les parcs de Plaquemines Parish dans l’eau fortement salée du grand large, les huîtres de Horse s’atrophiaient et mouraient.

Histoires d’argent, de pêche, de mariage arrangé, d’autres choses encore (vous ne saurez pas tout !) et puis le passé et ses secrets cachés qui pèsent sur ces deux familles.

[…] La mère et la fille étaient toujours assises à la table de la cuisine. Mathilde se mit à pleurer et Thérèse lui prit la main.
- Je suis bien punie.
Thérèse hocha la tête.
- Toi ? Ce n’est pas ta faute.
- Si, insista Mathilde. Tu ne sais pas tout.

Un peu à la façon des romans d’autrefois qui mettaient en scène une rivalité “terrienne” de nos campagnes.
C’est presqu’un polar qu’on tient là entre les mains.
Et d’ailleurs, ça commence comme un polar mais on ne vous dira rien de l’intrigue pour vous laisser la surprise des premières pages, très réussies.
C’est l’histoire d’une jeune fille, Thérèse, une Petitjean, une effrontée qui n’a pas froid aux yeux et qui ne s’en laisse ni conter ni compter. Au fil des pages, elle va prendre son destin et ses affaires en mains et rapidement devenir adulte, plus vite peut-être qu’elle ne l’envisageait.

[…] - Ce n’est pas juste, je ne l’épouserai pas, avait conclu Thérèse.
- Laisse une chance à cet homme, c’est tout ce que je te demande. Au moins une chance, avait insisté son père.
[…] - Et bien voilà, dit-elle à voix haute. Il a eu sa chance.

Malgré l’intérêt évident pour l’ambiance du bayou et des pêcheurs d’huîtres, MAM a trouvé cette histoire beaucoup trop “romancée” (d’ailleurs : un peu à la façon des romans d’autrefois etc…).
BMR en convient également mais a pris cela plutôt comme une belle tragédie, une ancienne légende, une histoire romanesque comme celle que pourrait raconter un vieux pêcheur de Louisiane accoudé au bar.


Pour celles et ceux qui aiment les huîtres.
D’autres avis sur Babelio.

Aucun commentaire: