mardi 4 juin 2013

Miousik : Asaf Avidan


L’écorché vif.

Après Woodkid, voici l’autre coqueluche de nos médias en ce début 2013.
Asaf Avidan partage avec Woodkid des origines juives et un certain look mais la comparaison s’arrête là.
Asaf Avidan vient d'Israël et sa voix d’écorché vif ne peut laisser indifférent.
Alors on aime ou on n’aime pas. C’est tout.
Une voix androgyne que l’on compare parfois à celle de Robert Plant, et qui traduit les douleurs et les blessures de vivre (traumatismes du déracinement, de la maladie, de l’armée, du désamour, … Asaf Avidan n’a pas forcément eut une vie très facile et en joue volontiers dans les interviews).
Les chansons que l’on préfère, on est allé les pêcher dans les anciens albums : The reckoning (2008) et Poor boy (2009), et le plus récent (Different pulses) nous a beaucoup moins plu.
Le moins que l’on puisse dire c’est que c’est pas toujours bien gai (pleurnichard diront peut-être d’aucuns ?) mais certains accents vous fendent quand même le cœur.
[paroles de My favorite clown - album Poor boy]
We go marching
through these scorching times
our lungs are filled with dirt
but no amount of hurt
will stop us trying
We go marching
through these parching times
rain will come again
and just like distant friend
we'll both be crying
[paroles de Reckoning soon - même album]
One day baby, we'll be old
Oh baby, we'll be old
And think of all the stories that we could have told.
À écouter à petites doses alors.
Notre playliste ici.

Pour celles et ceux qui aiment les voix à fleur de peau.

Aucun commentaire: