lundi 20 juin 2011

Cinoche : L’affaire Rachel SInger

Rattrapés par le passé.

Côté scénario :

L'histoire (même s'il s'agit d'une pure fiction) est passionnante : dans les années 60, en pleine guerre froide, un commando du Mossad est chargé d'exfiltrer (comme on dit) depuis Berlin Est, un ancien tortionnaire nazi : le chirurgien de Birkenau. L'affaire cafouille et ils sont obligés d'abattre l'affreux.
Trente plus tard, les trois membres du commando se retrouvent à Tel Aviv.
Depuis, la femme est marié à l'un d'eux.
Lui, est devenu une huile des services israéliens.
Elle (Helen Mirren), a propulsé leur fille sur le devant la scène qui a écrit un bouquin sur leur aventure.
Le troisième ... allez, on vous laisse découvrir les premières images chocs du film.
Ces trois-là partagent un lourd mensonge. Un trop lourd secret.
Que cache L'affaire Rachel Singer(1) ?
Que s'est-il réellement passé le 31 décembre 1965 à Berlin-Est ?
Que raconte donc le bouquin de la fille, écrit à la gloire de ce commando ?
D'où vient cette cicatrice qui défigure Helen Mirren ? Pourquoi s'est-elle mise à boire ?
Que fait son mari sur une chaise roulante ? Pourquoi leur couple s'est-il déchiré ? Et le troisième larron, pourquoi ...
En 1965, ils étaient jeunes, fraîchement embrigadés. Une femme, deux hommes, coincés dans la promiscuité d'un appartement délabré de Berlin-Est. Le trio commando se fera triangle amoureux. Avec un prisonnier encombrant, cela deviendra bientôt insupportable.
L'histoire est passionnante, passionnément racontée, les aller-retours entre passé trop lourd et présent insupportable sont parfaits.

Côté mise en scène :

Malheureusement le film se complait un peu trop dans la facilité de certains effets chocs (des premières images, on l'a dit, en passant par le doc gynéco jusqu'au final dans un hôpital ukrainien digne de Stephen King). La violence ou la tension auraient gagné à être suggérées un peu plus subtilement. On finit par fermer les yeux un peu trop souvent.
Très critiqués également, les quelques dialogues entre l'ancien nazi et ses geôliers juifs : pas vraiment utiles, ces propos éveillent maladroitement un sujet trop sensible.
Restent Helen Mirren, impeccable, qui campe Rachel Singer en 1990 à Tel Aviv et Jessica Chastain qui tient le rôle, jeune, en 1960 à Berlin. Elles font l'affiche ... et le film.

(1) : remake d'un film israëlien de 2007 dont le titre était The debt, La dette


Pour celles et ceux qui aiment les espions, fussent-ils du Mossad.
Critikat en parle.

Aucun commentaire: