lundi 6 juin 2011

Cinoche : La défense Lincoln

À malin, malin et demi.

Il y a 4 ans, le bouquin de Connelly meublait quelques après-midi de plage sans nous laisser un souvenir impérissable, l'un des moins bons ouvrages de Connelly sans doute.
Voici le polar porté à l'écran : La défense Lincoln, conservant ainsi le titre de la VF, plutôt bien trouvé. Et finalement de ce bouquin assez moyen, Brad Furman réussit à sortir un film fort bien tourné.
Matthew McConnaughey est l'avocat de la défense, tenant bureau dans sa voiture, une Lincoln donc, un avocat pas vraiment marron mais pas bien blanc non plus, un peu véreux, âpre au gain facile en tout cas. Désinvolte, pas toujours sympathique, mais super décontracte, eh, on est à L.A. man ...
Et voilà-t-y pas qu'un gosse de riche se retrouve accusé d'avoir démoli une jeune femme qui lui avait proposé une passe ... Coup monté ? Sûrement ... mais par qui ?
Pourquoi le gosse de riche a choisi précisément Matthew comme avocat ? Une marionnette ? Mais qui va tirer les fils ?
Un vrai film de prétoire comme on dit, enquêtes, plaidoiries, contre-enquêtes, retournements de situation, effets de manche et coups de théâtre, ...
Une véritable partie d'échecs (d'où le jeu de mots du titre) s'engage entre l'avocat pas bien net et le gosse de riche pas net du tout. Et comme chacun sait, aux échecs, il faut savoir sacrifier qui un fou, qui une reine, et toujours conserver un coup d'avance sur son adversaire.
Le film élimine judicieusement quelques invraisemblances du bouquin et on se laisse porter par ce bon polar à l'ancienne, très US (et pas que pour la Lincoln), annoncé par un générique très vintage.
Avec des seconds rôles comme on les aime dans les séries B.
Matthew McConnaughey (surprenant !) est désinvolte à souhait mais Ryan Philippe plus décevant en odieux gosse de riche.
Aimable divertissement.


Pour celles et ceux qui aiment les tribunaux et les grosses voitures.
Critikat a bien aimé, et ils sont pas toujours gentils !

Aucun commentaire: