vendredi 22 avril 2011

Miousik : Lola Lafon

Agit-propre.

Encore une nouveauté 2011 : oui, vous êtes bien sur le blog le plus branché question miousik cette année !
Et quelle drôle de bonne femme (singulière, pour reprendre une de ses chansons) que cette Lola Lafon qui a (mal) grandi en Bulgarie ou en Roumanie sous Ceaucescu avant de venir s'échouer dans le milieu anarcho-alter-mondialiste-autonomiste-féministe parisien ...
Elle se fit connaître par quelques livres (pas lus ici).
Et puis vint un rock revendicatif aux paroles étrangement poétiques, tendance Barbara (si, si).
Une douce voix rageuse aux accents et senteurs de l'est.
Tout cela est plein de contrastes, parfois trop intello-recherchés mais il y a vraiment quelques pépites.
On adore http://carnot69.free.fr/images/coeur.gif la douce poésie de Voyager légère (1) où la seconde voix en arrière-plan est vraiment too much :

[...] Moi je préfère voyager légère, l'épitaphe pourrait me plaire ...
cheminer en zigzaguant, sûre de rien pour le moment,
[...] puis aimer à la renverse, et s'endormir en sandales (très hautes)

On aimerait aussi croire de tout cœur aux belles paroles des Prochaines minutes (2) :

[...] Je crois à l'huile jetée sur le feu ...
Au temps gagné à le perdre à deux ...
Aux visages des nuages que tu traduis pour moi ...
Aux prochaines minutes, puisqu'on les a ...

Enfin, on aime bien beaucoup aussi le swingue tsigane de Mon âme  (du premier album de Lola Lafon et son groupe : Leva) :

[...] Au minimum, qu'on se moque pas de mon âme ...

Au-delà de la bobobranchitude qu'il pourrait y avoir à se donner bonne conscience en écoutant cette demoiselle plus ou moins marginale (ouf, c'est dit), sachez que quelques unes de ses chansons valent vraiment une écoute attentive.
Dommage que Deezer ne présente pas le dernier album. Un mauvais point.

(1) : ce pourrait bien être notre devise, pour l'épitaphe on veut bien attendre encore un peu
(2) : notre second mot d'ordre ?


Pour celles et ceux qui aiment le vent d'est.
Rue89 en parle, évidemment.

Aucun commentaire: