vendredi 1 avril 2011

Miousik : Charles Pasi

To listen, or not to listen, that is the question.

Notre grande chanteuse nationale n'a toujours pas quitté son petit président.
On l'a promis juré craché on ne l'écoutera plus. Plus jamais jamais.
Faut-il pour autant bouder tous les artistes qui ont fricoté avec elle ? Ah, trop dur.
Peut-on pardonner à Charles Pasi d'avoir commencé sa carrière en tournée avec la Dame ?(1)
Peut-on lui pardonner d'avoir préparé la BOF des films de la frangine ?(2)
Pourra-t-on lui pardonner d'avoir participé aux albums de la Dame ?(3)
Déjà les midinettes au cœur faible qui nous lisent ont tranché et flashé sur sa belle gueule de voyou à la Doherty.
Les messieurs, jaloux mais plus sérieux, laisseront leurs oreilles seules décider du sort à réserver au ci-devant Charles Pasi.
Allez, reconnaissons à ce roi de l'harmonica, jeune (25 ans !) prodige du blues français (oui, français !), un talent certain pour nous concocter un swing de derrière la fumée bleue des fagots. Ni trop rocky, ni trop jazzy, juste pile poil comme on aime. Rien à redire.
La petite balade de Remember the day, le swing de Up to us, et d'autres encore, valent le détour.
Conseil de dégustation : fauteuil en cuir, casque sur les oreilles, verre de ouisqui à la main. Façon piano-bar.
C'est en écoute intégrale et gratuite sur notre playliste et ça vient de sortir.
Verdict dans les bacs ce mois-ci et dans les urnes en 2012.

(1) : bon, ça on peut : c'était avant que Blanche-Neige tombe amoureuse de Grincheux
(2) : oui, ça on peut aussi : la Tedeschi, elle est sympa
(3) : ben là non, on peut pas hein ?


Pour celles et ceux qui n'aiment pas plus du tout Carla mais peut-être encore un peu ses amis.
Le JDD (ben oui) en parle et nous assure qu'il a pas couché, c'est déjà ça.

Aucun commentaire: