samedi 12 décembre 2009

Bouquin : La maison aux souvenirs

Modes et travaux.

La maison aux souvenirs, de la prolifique américaine Nora Roberts, lu dans le cadre du partenariat entre LivrAddict et l'éditeur Michel Lafon. LivrAddict
Il était une fois l'histoire d'une jeune femme, petite-fille d'une ancienne star de cinéma, délaissée par ses père et mère, venue s'installer en Virginie, fuyant le monde du show-biz de la côte ouest.
Elle rachète la maison de sa grand-mère maternelle et entreprend de la rénover de fond en comble et de la cave au grenier, essayant ainsi de se reconstruire elle-même, de renouer avec son passé et ses attaches familiales.
Rien n'est épargné aux fans de bricolages (1) : le choix des robinets ou des carrelages, de la couleur des murs ou des bois des parquets, le décapage des antiques moulures, le découpage des nouvelles étagères, le rénovage des vieux fourneaux, le ponçage des anciennes boiseries, ... on se croirait dans La maison de Marie-Claire ...
Notre jolie blonde est aidée de quelques artisans du coin, de son père divorcé et remarié, d'un beau voisin célibataire dessinateur de BD, d'un "ex" qui passait par là à moto ... et cela fait beaucoup de monde qui rôde autour de la jeune femme.
Forcément de vieilles histoires, de sombres rancunes et de douloureux secrets vont ressurgir de la poussière soulevée par les travaux (la grand-mère, enceinte d'un amant caché, s'est suicidée dans la maison peu après que son fils se crashe en voiture entraînant dans sa perte quelques jeunes du coin, ouf).
Peu à peu, au fil des pages brico-déco, entre carrelage et vernissage, ça se gâte : "on" vient nuitamment déraciner les nouvelles plantations, taguer la belle voiture, saccager les robinets tout neufs, et même assommer son ex rentré un peu tard ... mais qui est donc cet ennemi qui ne lui veut pas du bien ?
Hmmm, serait-ce le beau voisin qui lui fait une cour trop insistante et ne pense qu'à la coucher sur une planche de BD ?

[...] - Je vais mettre un verrou.
- Ce serait peut-être plus prudent. Et les lettres tu les a mises où ?
- Quelles lettres ? demanda Steve.
- À part moi, est-ce tu as dit à quelqu'un que tu avais découvert des lettres dans le grenier ?
- À mon père.
- Tu as trouvé des lettres dans le grenier ? Le mystère s'épaissit.
- On se croirait dans un téléfilm.

On ne saurait mieux dire !
Paradoxalement, pour peu qu'on le veuille bien, on se laisse prendre au jeu et on dévore ce roman à vive allure, bercé par une prose facile (MAM : c'est mieux écrit que Patricia Highsmith) et titillé par l'impatience de découvrir le fin mot de l'histoire.
Finalement on aurait presque apprécié un dénouement très second degré avec un bricoleur fou, obsédé du tournevis ou de la chignole, mais, las, la fin se révèlera bien plus classique.
À classer dans les romans TGV, écrits et lus à grande vitesse. Pour se reposer les neurones entre deux réveillons.

(1)  : évidemment, BMR hait le bricolage !


Pour celles et ceux qui aiment le brico et la déco.
Michel Lafon édite ces 329 pages en poche qui datent de 2008 en VO et qui sont traduites de l'anglais par Joëlle Touati.

Aucun commentaire: