dimanche 15 février 2009

Cinoche : L’étrange histoire de Benjamin Button

Nous ne vieillirons pas ensemble.

Benjamin Button nait vieillard et rajeunit au fur et à mesure qu'il grandit ...
Comme un Dorian Gray cinéphile.
Nombreux sont ceux qui se seraient cassés les dents (et nous auraient cassé les pieds) avec un sujet aussi scabreux.
Et bien, non, ne manquez surtout pas cette Étrange histoire de Benjamin Button, racontée de manière magistrale par David Fincher, Eric Roth le scénariste et enfin l'auteur de l'histoire originale, Francis Scott Fitzgerald (oui, celui de Gatsby).
Le film s'ouvre sur une très belle anecdote : en 1918, l'horloger chargé de la fabrication de l'horloge monumentale de la gare de New-Orleans a monté son mécanisme à l'envers.
Dans l'espoir vain que le temps inverse son cours et fasse revenir les enfants de l'Amérique partis en guerre.
Une autre clé du film est cette pension de retraite de la Nouvelle-Orléans, tenue par une mama-black : Benjamin, enfant-vieillard, y est recueilli orphelin.
Il (Brad Pitt) y finira également ces jours dans les bras de celle qu'il aura croisé plusieurs fois dans sa vie.
Elle (Cate Blanchett) n'a pas la chance de rajeunir.
Vite passée la surprise des maquillages et des effets spéciaux, tout sonne juste dans ce conte : l'histoire des passions humaines, du temps qui passe et des amours qui fuient.
Pas une seule fausse note et on goûte l'art de raconter une histoire, une très belle histoire.
On aimerait que cela ne s'arrête pas (pourtant le film est long) mais hélas rien ne dure : c'est précisément le propos de ce film ...
Il restera quelques "ambiances" que ce long film prend la peine d'installer et de nous faire partager : l'hôpital de la Nouvelle-Orléans alors que Katrina s'apprête à frapper (comme la foudre ou le destin ?), la pension de retraite de Mama Queenie et ses galeries coloniales, l'hôtel russe de Mourmansk et son menu nocturne caviar-vodka, le remorqueur du capitaine Mike et ses décors de carton-pâte, ...


Pour celles et ceux qui aiment la vie et ses mélodrames.
D'autres avis sur Critico-Blog.

Aucun commentaire: