dimanche 14 octobre 2007

Cinoche : Un coeur invaincu

Devoir de mémoire.

Dans Un coeur invaincu, Angelina Jolie incarne brillament Marianne Pearl, la femme du journaliste américain Daniel Pearl enlevé par des extrémistes au Pakistan en 2002 et qui finira décapité, filmé sur une vidéo.
Un film très fort, une histoire vraie, une attente difficilement soutenable d'autant que l'on sait déjà comment tout cela va finir (et cela n'est pas sans rappeler le film sur les attentas du 11 septembre 2001 : Vol 93). On regrettera peut-être que le volet international (la réaction ou l'absence de réaction des pays occidentaux) soit un peu occulté.
On regrettera aussi les soubresauts de la caméra portée qui, pour faire dans le style «reportage», ajoute un peu trop facilement à notre confusion.
Car l'histoire, l'Histoire, n'est pas simple : on est plongé à Karachi, une des plus grandes villes du monde, quasiment un personnage à part entière dans le film ... et une véritable jungle.
Une jungle humaine (la misère, terreau du terrorisme, nous est sans cesse rappelée), où s'agitent des millions de personnes.
Une jungle géo-politique où s'agitent la CIA, le FBI, les ambassades française (Marianne est française) et américaine, les «voisins» indiens et bien sûr les différentes branches des services armés pakistanais, tantôt proches des talibans, tantôt proches des américains.
Un montage rapide et nerveux nous fait partager la tension de ceux qui traquaient les ravisseurs, luttant contre le compte à rebours ... en vain.
Très peu de violence à l'écran, tout est dans le montage et la tension. Beaucoup d'émotion.

D'autres avis sur Critico-Blog. 
Le film se dénoue sur la chanson de Camille In a manner of speaking  reprise sur l'album Bossa Nova d'une chanson de Tuxedomoon, album dont on parlait ici l'été dernier.

Aucun commentaire: