dimanche 7 octobre 2007

Cinoche : 7h58

Sombre histoire de famille.

Sidney Lumet frappe fort, un peu fort, à 7h58 tapantes ce samedi-là.
À 7h58 ce samedi-là, deux frangins en mal de pognon se sont mis en tête de cambrioler en douceur la bijouterie de papa et maman.
Bien sûr on se doute que ça va mal tourner. Mais on ne sait pas à quel point !
Bien sûr on se doute que c'est bien loin d'être un simple polar. Mais on ne sait pas à quel point !
C'est en fait à une véritable tragédie familiale que nous sommes invités en compagnie des deux frères : Andy l'aîné campé magistralement par Philip Seymour Hoffman (déjà remarqué dans Truman Capote), et Hank le cadet avec Ethan Hawke dans un rôle difficile.
De ces deux-là, le plus paumé n'est pas celui qu'on pense.
Derrière eux plane l'ombre inquiétante du père, du patriarche, qu'incarne un écrasant, un étouffant Albert Finney.
Car si ça dérape le samedi à 7h58, c'est qu'il faut aller chercher les causes bien en amont, dans les troubles relations de ces trois hommes.
Et l'une des dernières scènes du film où l'on voit le père, tel une ombre, suivre en voiture ses deux fils en cavale, vaut tous les résumés : il y avait quelque chose de pourri dans cette famille-là ... bien avant ce samedi à 7h58.
«May you be in heaven a half hour before the Devil knows you're dead» : puissiez-vous être déjà au paradis depuis une demi-heure avant que le diable apprenne que vous êtes mort, c'est l'expression irlandaise (un «toast») qui sert de titre au film en VO.
Andy, le frère aîné (Ph.S. Hoffman), est justement à la recherche d'un petit goût de paradis sur terre : qu'il s'agisse de vacances à Rio (magnifique scène d'ouverture du film ... qu'on ne peut vraiment apprécier qu'après avoir vu la suite) ou qu'il préfère les substances artificielles. Mais le diable aura tôt fait de le rattraper sur terre.
Une formidable tension dans ce film qui met brillament en scène la violence des passions, parfois à la limite du supportable ... à la limite, car le jeu des acteurs est excellent.
On est plutôt secoué par ce film dérangeant qui ne laisse guère indifférent.
Un film à aller voir l'après-midi pour pouvoir sortir au grand soleil, après ..., tellement est noire la vie de ces trois-là.


D'autres blogs en parlent  sur Critico-blog.

Aucun commentaire: